USA : le mariage gay serait une manne économique pour San Francisco

Publié le par Nicolas

USA : le mariage gay serait une manne économique pour San Francisco

La légalisation du mariage homosexuel constituerait, selon un expert, une manne économique pour la ville de San Francisco, où se déroule depuis lundi un procès fédéral décisif pour l'avenir du mariage gay aux Etats-Unis.
Edmund Egan, directeur de l'Office d'analyse économique de San Francisco, a fait valoir devant la cour que la légalisation du mariage homosexuel entraînerait, entre autres, une augmentation des recettes fiscales et une diminution du nombre des personnes sans couverture sociale.

Le témoignage d'Edmund Egan intervient au quatrième jour du procès intenté par les défenseurs du mariage gay contre l'Etat californien, après l'adoption en 2008 de la Proposition 8 annulant la décision de la Cour suprême de Californie d'autoriser les unions homosexuelles.

D'après Edmund Egan, si le mariage gay était légalisé, la ville de San Francisco économiserait une bonne part des 177 millions de dollars qu'elle dépense annuellement pour donner une couverture santé à ceux qui n'en ont pas, car beaucoup d'homosexuels pourraient bénéficier de l'assurance de leur conjoint.

Une telle légalisation "réduirait le fardeau que constitue la couverture des personnes sans assurance santé", a-t-il déclaré.

Citant des études selon lesquelles les personnes mariées étaient généralement en meilleure santé que les célibataires, il a assuré que la légalisation du mariage gay améliorerait aussi la productivité des travailleurs.

"Le prix à long-terme de la discrimination, c'est qu'elle affaiblit la productivité des travailleurs", a-t-il dit.

"Un meilleure productivité, ça veut dire de meilleurs salaires, et de meilleurs salaires, ça donne plus de rentrées fiscales pour la ville", a-t-il ajouté.

Les cérémonies de mariages gays elles-mêmes seraient une source de revenus appréciables, a-t-il souligné.

Edmund Egan estime que les dépenses pour les mariages gays pourraient générer 21,4 millions de dollars rien que pour leur organisation, auxquels il faudrait ajouter 13,2 millions de dépenses pour les invités, et 2,6 millions pour les chambres d'hôtel.

Pour San Francisco, cela se traduirait par 1,7 million de dollars de recettes fiscales sur les biens de consommation et 900.000 dollars en taxes sur les nuitées d'hôtel.

Un avocat des défenseurs de la Proposition 8 a contesté les chiffres d'Edmund Egan, estimant que ce dernier avait surestimé le nombre de couple gay souhaitant se marier, et affirmant qu'il n'avait pas évoqué le surcoût potentiel d'une augmentation des unions pour les services administratifs de la ville. 

Publié dans Actu et Info Général

Commenter cet article